Experiencias de Clientes - Turismo en la Guajira
+57 3138637284
|
macuiratours@gmail.com

 

 

 

EXPERIENCE

UN VOYAGE À LA GUAJIRA

PARTICIPANTES Y PROCEDENCIA: Luz Maria Duque, Melva Lucía Jiménez: Manizales Claudia Patricia Otálvaro, Blanca Cecilia Garcés: Medellín Blanca Fanny Diaz, Patricia Pinzón, Luz Marina Gómez, Maria Esperanza Gartner, Daissy Rodríguez, Elsa Cristina Botonero, Felix Arturo Avendaño, Elcy Torres: Bogotá Adriana Estrada, Victoria Eugenia Estrada, Irene Estrada: Cali Beatriz Cecilia Otálvaro, Santa Marta

 

Dates: du 24 au 30 septembre 2018

 

Agence de voyages: Macuira Tours S.A.S

Le lundi 24 septembre, nous avons rencontré à Riohacha, à l'hôtel Brisas del Nare, tous les membres du groupe MACUIRA, qui s'étaient engagés il y a quatre mois à participer à cette tournée. Sept des promeneurs sont arrivés de Santa Marta, après un voyage sur la route, dans lequel nous nous sommes arrêtés à Dibulla, le pays du "Cantor de Fonseca", la première municipalité située à l'entrée du département de La Guajira, pour déjeuner et visiter le population qui nous a séduits par ses plages et son paysage et nous a émerveillés par son monument à l’âne. L'objectif était d'arriver à l'hôtel pour recevoir les compagnes qui arrivaient par avion de Bogotá. Vers 17h00, ils nous ont informés que le vol avait des difficultés à atterrir en raison du mauvais temps à Riohacha, ce qui lui a valu plusieurs tentatives, ce qui était assez effrayant pour les passagers, au point qu’ils en sont venus à penser qu’ils ont survécu uniquement parce qu’ils ne se sont pas encore rencontrés. Macuira et ce serait impardonnable après avoir tant rêvé de cette aventure. La réunion était très émouvante. Melva Lucia a dit gracieusement qu'elle était morte, avait vu le tunnel et était revenue pour continuer à profiter de la vie, à voyager et à voyager. Dans la soirée, Laila, assistante de M. José González, directeur de l'Agence, nous a visités pour recevoir les paiements correspondants de la tournée, nous expliquer le parcours que nous allions emprunter et nous donner les recommandations du cas. Aussi 2 pilotes des trois Toyota 4x4: Arturo et Euro, qui disent aussi Dollar, alors nous rencontrerions John. Une fois la réunion terminée, nous sommes allés à la promenade et avons mangé quelque chose de léger. M. Gonzalez nous a accompagnés et nous a parlé de sa culture Wayuu, créant des attentes quant à ce que nous allions savoir, au point que nous avions le sentiment que pendant des années. Colombiens, nous avions en attente un apprentissage réel de nos compatriotes dont la langue, les coutumes et la culture étaient différentes de la nôtre, ce qui enrichirait notre expérience de la géographie spectaculaire et exotique du pays, dans l’espoir que nous contribuerions également ce que nous avons les uns aux autres, pour nous sentir tous. fièrement colombien.

 

JOUR 1 - Mardi 25 Petit déjeuner entre 7h et 7h45. À 8 heures du matin, les chauffeurs sont arrivés dans les 3 camions. Nous nous sommes répartis comme suit: Groupe Arturo: Maria Esperanza, Melva Lucía, Luz Maria, Luz Marina, Claudia et Beatriz. Groupe Euro: Adriana, Victoria Eugenia, Irene, Arturo et Elsa. Groupe John: Fanny, Patricia, Blanca Cecilia, Elcy et Daissy. Les trois groupes formaient une sorte de famille, chacun ayant vécu des expériences très animées au cours de ses tournées avec de la musique, des blagues, des "coupes de cheveux" et, bien sûr, des histoires de légendes et de culture Wayuu. Nous quittons Riohacha par le chemin qui borde la mer pour traverser les belles plages de Mayapo et aller directement à la jonction de Cuatro Vías dans le Tronc des Caraïbes, pour commencer à entrer dans le désert de vastes plaines au sable rougeâtre qui contraste avec la mer bleue aigue-marine. Dans des conditions acceptables, en une demi-heure et à ma grande surprise, nous sommes passés par El Pájaro, un village que j’avais visité dans le passé, et j’ai pu raconter à mes amis les expériences que j’ai vécues qui m’a peut-être marqué pour motiver le retour à Apprenez-en plus sur cette région, comme nager nue dans la mer, un commentaire qui a déclenché toutes sortes de blagues et a ravi l’imagination du groupe d’Arturo, avec peut-être une "envie" très saine. Nous continuons notre route vers les Salinas de Manaure qui font partie d'Uribia. Nous les avons parcourues pendant que nous expliquions le processus de collecte et de nettoyage du sel et prenions des photographies. Nous continuons vers Uribia, la capitale autochtone de la Colombie. On nous a dit que dans le magasin ALKOSTO, nous pourrions acheter de l’eau, des fruits, des collations et des bonbons pour nous-mêmes et donner aux enfants qui, grâce à des "péages" lors de voyages dans le désert, demandent des bonbons ou de l’eau. Nous imaginons tous ALKOSTO, comme les grands magasins de la ville, et oui, on l’appelait ainsi, mais c’était un magasin où régnaient le désordre et la mendicité. Au milieu de la chaleur désespérée, nous avons réussi à nous approvisionner et à continuer sur la route. Nous n’avions pas la meilleure impression d’Uribia à ce moment-là et nous avions plutôt envie de nous en sortir. 3 La route parallèle au train qui transporte du charbon d'El Cerrejón à Puerto Bolívar, à Bahía Portete, quitte Uribia par une route revêtue. À travers le désert d’El Carrizal qui, comme tous les autres que nous traversons, il n’ya ni route, ni route, c’est une immense plaine pleine de pistes que seuls les Wayuu connaissent comme la paume de leur main, il y avait de grandes étendues inondées par la queue de l’un des ouragans cela s'est produit récemment dans les Caraïbes et a provoqué de fortes pluies. Les pluies torrentielles deux jours auparavant ont rendu le temps "froid" comme on dit et la température était encore de 36 degrés! Ce climat a généré une végétation typique des grands cactus et des escargots ou des figuiers de Barbarie, ainsi que des buissons épineux et des ronces. Quelque chose d'inimaginable dans ces zones solitaires est de voir des millions de sacs en plastique emmêlés dans les branches et les épines, amenés par le vent, provenant de décharges. La terre, riche en ressources naturelles, devient encore plus aride, sans vie végétale ou animale et rend le paysage parfois lunaire. Après trois heures, nous arrivons à Cabo de la Vela. Certains voyageurs savaient déjà, pour d'autres c'était un nouvel endroit.  Le site est géré par une famille qui nous a offert l'hospitalité et la nourriture avec tous leurs efforts et leur dévouement. Cabo de la Vela ou JEPIRA est belle, naturelle. Pour les Wayuu, c’est un lieu sacré où vivent les esprits de tous ceux qui sont déjà partis, c’est leur maison, les droits de circulation et de résidence sont exclusifs aux Wayuu, qui ne peuvent ni vendre ni louer les terres cédées, pour quelque raison que ce soit. Des entreprises de vacances ont tenté de s'y établir et de ne pas les laisser derrière. Les touristes pratiquent des sports qui leur permettent de jouer avec les vagues et / ou de profiter de la mer et du vent. Nous visitons le Cerro Kamaichi ou Pilón de Azúcar. La plupart d’entre nous ont osé grimper au sommet, luttant contre le vent qui nous forçait parfois à s’asseoir ou à s’arrêter pour ne pas tomber et prendre des forces. Ci-dessus, une image de la Vierge de Fatima. De là, la vue enchante avec le contraste de la mer bleu-verdâtre et du sable jaune ou rouge, produisant une sensation de paix totale. Nous avons descendu le Pilón et apprécié un bain de mer qui a servi de massage et de repos aux muscles irrités en raison des "sauts" des véhicules dans la traversée du désert. Nous visitons l'Ojo de Agua, une petite naissance d'eau douce où, selon la mythologie, les Wayuu communiquent avec leurs ancêtres et profitons du coucher de soleil sur le phare. Des vues spectaculaires de ces sites. Nous sommes retournés au ranch Utta, où des cabines bien équipées, propres et belles, nous ont été attribuées. Elles peuvent accueillir deux ou trois personnes, avec des lits, des toilettes, des pompes à moteur et de l'électricité jusqu'à 23 heures. La ventilation est naturelle. Il y a une zone de cette ranchería aménagée avec des hamacs ou 4 hamacs pour ceux qui préfèrent ce type d'hébergement. Nous profitons de la nuit avec ses étoiles et ses planètes et pour notre fortune cette nuit-là, la pleine lune nous éclaira.

 

 

 

JOUR 2 - Mercredi 26 Ceux qui se sont réveillés tôt pouvaient contempler un magnifique lever de soleil où le soleil levant "faisait face" à la pleine lune dans toute sa splendeur. Depuis la nuit précédente, la commande du petit-déjeuner est passée et à 7 h 30, nous étions prêts à commencer le voyage de 6 heures à Nazareth, en Alta Guajira. Long et lourd voyage par des sentiers dans le désert. Nous sommes arrivés au lodge Mulamana, avec des cabines agréables et confortables, qui ont de l'énergie à tout moment et où nous passons deux nuits. Après le déjeuner, nous sommes allés dans les bureaux du PNN La Macuira. Alli Sara, Luis et Mayerling, les 3 guides bénévoles du parc qui nous accompagnaient nous ont expliqué le voyage et nous ont accompagnés dans un voyage d'environ trois heures à travers un terrain sablonneux, profitant de la montagne, marchant le long du lit d'une rivière asséchée 5 ans pour le manque de pluie. Nous nous arrêtons au pied d'une pierre appelée wolunka ou vagin déchiqueté qui, selon la légende, symbolise la mère de tous les Wayuu. La promenade est douce, vous pouvez respirer de l'air frais, il y a une brise et elle se termine avec le spectacle d'une Médano ou d'une dune qui a l'air imposante au milieu des montagnes verdoyantes. Certains marchaient dessus et d'autres, muets devant tant de beauté, étaient des moments de réflexion et de méditation. Maria Esperanza et Blanca Cecilia étaient un peu en retrait, un des guides est resté pour les accompagner et a atteint la dune à un pas lent. Sur le chemin, ils pouvaient se rafraîchir avec l’eau d’un puits, ce qui les encourageait à continuer. Selon Maria Esperanza, "elle a reçu les huiles saintes". Sa photo est l'une des meilleures sur la promenade. Arturo, le mari d'Elsa, notre compagnon de voyage, en raison de sa mobilité réduite, n'a fait qu'une partie du trajet. À un moment donné, nous savions que nous ne reviendrions pas à pied au bureau du parc, mais que les fourgons allaient entrer à un certain point, car Arturo, l'un des chauffeurs, pour obtenir l'autorisation, a raconté une histoire dramatique selon laquelle Les gens avec des crampes et ne pouvaient pas sortir du parc. Cela a fait rire, mais c'était un soulagement, car si nous voyions que nous étions en retard et que le chemin du retour était difficile. Nous avons appris par la suite que cette décision avait provoqué une confrontation entre les responsables du parc et les Wayuu, au terme desquels ceux-ci, en tant que propriétaires ancestraux du territoire, imposaient leur volonté. Au bureau du parc, nous remplissons un sondage et nous retournons au lodge pour manger et nous reposer. C'était la journée la plus lourde physiquement de toute la tournée, avec 6 heures de voyage sur des terrains accidentés et beaucoup de choses inégales ou boueuses, plus 5 aptes pour les compétitions de motocross et ensuite 3 heures de marche dans le parc. Le vécu et le vu nous ont remplis d'énergie pour continuer non seulement la promenade mais la vie, ils rénovent spirituellement des lieux.

 

 

 

JOUR 3 - Jeudi 27 L’horaire de la journée a commencé par une visite à Puerto López et beaucoup d’entre nous ont rendu des comptes de choses variées dont nous avions besoin. Quand nous sommes arrivés, surpris, nous avons trouvé une ville abandonnée qui, à son âge d'or, avait beaucoup de mouvement commercial, il y avait des églises et des maisons construites avec toute la splendeur, dont il ne reste plus que des ruines et des arbustes couvrant des zones dévastées, on peut dire que c'est une ville que par le vent, au milieu de la désolation. Autrefois, Puerto López était le lieu de naissance de la contrebande, une activité très connue dans la chanson d'El Escalona "El Almirante Padilla". Très proche de là est la météorite de Warpana. Là, il est tombé et sa structure ressemble à celle d’un monument. Comme il a été mentionné qu'il a plu, de l'endroit où nous sommes descendus des voitures à l'endroit de la météorite, nous devons marcher environ 300 mètres à travers un lit de boue et les chauffeurs nous ont recommandé de marcher pieds nus car nous risquions de perdre nos chaussures ou nos sandales . Nous avons littéralement commencé à patiner et à faire des tours pour garder l’équilibre et plusieurs étaient sur le point de tomber, à l’exception de Maria Esperanza, qui ne pouvait pas rester debout et qui tombait. C'était très amusant mais elle a eu la chance que notre chauffeur Arturo se soit précipité pour l'aider à se relever et nous a tous aidés à suivre le rythme. Il était très fier que "maintenant les femmes pleuvent". Nous avons apprécié cette aventure et nos pieds ont reçu le meilleur massage que la nature puisse nous offrir. Les photos parlent pour nous. Le retour aux voitures au même endroit était moins difficile à prendre sur nos propres empreintes. De là, nous sommes allés à la plage, où nous avons pris un délicieux bain de mer, devant les Castilletes, où commence le Venezuela. Ce fut un excellent repos dans une mer cristalline, de plusieurs couleurs, de vagues douces et chaudes, au milieu d’un paysage magnifique, de rire et de joie. Nous avons déjeuné au gîte Neimaru Cabins, un endroit magnifique, avec des malocas et une très belle maison, où ils nous ont permis de prendre un bain à l’eau douce, avec totuma et de faire une sieste à chinchorros. Vers 17 heures, nous sommes partis pour la ranchería de Piedras Blancas de la famille González. En chemin, nous sommes passés près de la pierre mystérieuse, située dans la communauté de Tolomana, sur laquelle nous devons laisser des bonbons ou un cadeau, car sinon, le présage est que le conducteur et sa voiture pourraient subir un accident ou des inconvénients dans leur voyage. . Par conséquent, nous avons fait la même chose en laissant des cookies. Bien sûr, il y aura toujours des enfants qui ramassent ce qu'ils trouvent là-bas. 6 De nombreux clans familiaux vivent dans des zones du parc. Il est à noter que les cimetières font partie de leurs constructions colorées, auxquelles ils attachent une grande importance. Nous sommes arrivés vers 18 heures et quelle a été notre surprise lorsque nous avons entendu le son d'un tambour combiné à une danse pour enfants avec laquelle l'hôtesse Dona Luz Marina, la sage-femme, nous attendait. Il avait organisé toute une fête Wayuu pour nous. Elle est enseignante et a coordonné le professeur de musique et certains de ses élèves pour qu'ils se rendent à la ranchería et présentent leurs danses avec leurs propres tenues, dans ce cas une couleur rouge qui les protège des mauvais esprits. Une fois encore, nous étions sans voix avec émotion et perplexité. Tout très émotionnel. Les voisins étaient allés aider à préparer la nourriture, qui consistait en une boisson de chèvre rôtie, de rubé, d'agneau et de maïs. Ce fut la plus belle occasion de partager avec la famille Wayuu, leurs coutumes, leurs histoires et leur chaleur. Merci éternellement pour cet accueil, ils nous ont donné. Nous avons entendu parler de wayuus qui ont étudié dans des universités au Venezuela et qui sont également très dévoués à l'éducation et à la formation des enfants et des jeunes. Doña Luz Marina, en plus d’être éducatrice, est la mère de José, directeur de l’Agence Macuira, de John, de l’un de nos chauffeurs et d’autres enfants professionnels remarquables. José lui-même est ingénieur système et travaille à El Cerrejón. Il a assisté à Fitur en Espagne, la deuxième plus importante foire internationale du tourisme au monde, qui lui a permis d'établir des contacts de différents ordres pour la promotion de sa guajira en Europe les visites de nombreux étrangers dans la région. Doña Luz Marina et sa famille sont des chefs qui luttent pour faire du tourisme à La Macuira, en plus de promouvoir la culture. Plusieurs de personnes ont profité de l'occasion pour soutenir ce travail et ont acheté des sacs à dos que beaucoup de familles ont laissées pour être vendues à la rancheria. Nous étions si truqués que nous ne voulions pas en sortir, mais il nous importait de laisser entendre qu'il était tard et qu'il était temps de partir. À 20 heures, nous retournons sur les sentiers de la Serranía de la Macuira, mais confiants dans nos chauffeurs, qui connaissent les routes comme de véritables baquianos. C'est une sécurité totale. Nous avons apprécié notre deuxième nuit au lodge Mulamana à Nazareth.

JOUR 4 - Vendredi 28 Comme les jours précédents, nous avons pris le petit-déjeuner commandé la nuit précédente et sommes partis pour Punta Gallinas. En traversant la Serranía de La Macuira, en passant également dans le désert bordant la baie de Portete, nous apprenons à connaître les dunes de Taroa. Maintenant, oui, comme le dit Eduardo Galeano dans son poème "El Mar", nous sommes muets de beauté! Les dunes représentent la beauté rouge chaude! Jaune, sable mou, fleurit entre les plantes qui poussent dans le sable. Vous pouvez monter, descendre pieds nus et rester là-bas en remerciant et en contemplant tant de majesté. Les vagues sont fortes, certains d'entre nous ont été audacieux et nous vivons les conséquences de vouloir s'y baigner: traînées par les vagues et sorties de la mer. Cela nous a beaucoup plu, mais notre sens des responsabilités nous a amenés à suggérer à José González d'interdire cette activité aux futurs touristes. Là, dans les dunes, nous sommes restés environ deux heures extatiques, puis nous nous sommes dirigés vers Punta Gallinas, à l’extrémité nord du plateau continental de l’Amérique du Sud, située à l’extrémité nord de la péninsule de La Guajira à Bahia Hondita. Nous sommes arrivés à la loge Luz Mila, une des deux seules de la région, avec un bel environnement naturel dans une rancheria et confortable en général, avec des chambres triples très basiques, mais où nous vivons dans notre chair les limites de la vie quotidienne: très énergique Dans la nuit, au bout d'une lampe de poche, il n'y a pas d'aqueduc, puis dans la salle de bain, il y a des bidons d'eau et leur totuma qui agit comme une douche et il est évident que vous devez prendre soin de cette eau comme un trésor. Triste, très triste, cette situation d’abandon de l’État dans la célèbre Terre de l’Oblivion. Une fois que nous avons laissé les bagages dans les chambres, nous sommes allés déjeuner, un menu varié de poissons bien préparés et sommes partis maintenant si, à l’endroit où se trouve le phare de Punta Gallinas, un lieu magique et très symbolique. Les touristes, certains d’entre nous l’ont fait, empilent des pierres et construisent des silhouettes en forme de tour; ils disent qu’il reste des souhaits et des désirs et que, une fois remplis, les silhouettes s’effondrent. Malheureusement, il n’ya pas de monument ou d’œuvre qui mette en valeur l’endroit, il n’ya qu’un vieux phare et les vestiges d’un bâtiment, mais la beauté naturelle y est omniprésente. C’était tellement l’émotion d’être là que nous avons dansé sur le chant vallenato de Lisandro Mesa, tiré du monde guasca, «El Hijo de Tuta», et nous célébrons le privilège d’atteindre cet extrême, dont le paysage est magnifique avec la mer bleu-vert, le sable Jaune doux, forte brise et bonne énergie. Arturo, notre compagnon de voyage, a exprimé son plaisir de voir son rêve d'aller un jour à Punta Gallinas, un rêve que nous ne voyons que sur la carte géographique de l'école, puis il a été victime de "l'intimidation" de la danse Fils de Tuta ", très privilégié, tout était bonheur! Les chauffeurs n’ont pas manqué l’occasion de nous filmer avec leur téléphone portable et ils ont diffusé une vidéo qui, comme le dit Arturo, l’un d’eux, "est devenue virale", car ils l’ont vue la première fois à Santa Marta que nous, quel rire! Puis nous sommes allés à Punta Aguja, pour profiter de la mer, avec de douces vagues. Nous avons apprécié le coucher de soleil, qui laissait parfois un peu d’arc-en-ciel. Nous sommes retournés manger au logement de Luz Mila, au milieu de l'obscurité, de la nuit étoilée. L'hôtel est au sommet d'une falaise, vous ne devriez donc pas voyager près des rochers la nuit. Certains goûtaient le homard et un autre type de poisson, les plats étaient exquis.

JOUR 5 - Samedi 29 À 7 heures du matin, les chauffeurs ont pris nos bagages pour les emmener en 4x4 à un endroit où nous nous retrouverions plus tard et où nous serions rentrés par voie d'eau. En faisant ce voyage en bateau, le voyage de retour a été réduit d’une heure et c’était formidable compte tenu du transport lourd en 4x4. A 8 heures du matin, nous descendîmes à la jetée par un très bon chemin de pierre avec des rails et traversé par la baie de Hondita, qui nous offrait également le paysage divin avec des arbres, des mangroves, la vue de plusieurs types d'oiseaux: pélicans, hérons, oiseaux et enfin flamants roses. Quel spectacle! En ce moment, ils passent, ils viennent du nord, nous les avons vus encore, volant et dans toute leur splendeur, au point de ressembler à un tableau. C'était notre grand adieu à la faune. En raison d'une erreur de communication, le commandant de bord nous a laissés au mauvais endroit. C'est pourquoi nous avons dû appeler l'agence pour que les conducteurs puissent se coordonner avec le commandant de bord. Ainsi, nous voyageons une autre fois en bateau, profitant de la richesse de la flore et de la faune de la région, jusqu'à rencontrer nos chauffeurs. Nous avons commencé notre chemin du retour vers Uribia, encore une fois un long voyage à travers le désert et une nouvelle fois à la recherche des "péages" des enfants. Quelque chose qui n’a pas été mentionné dans cette histoire, c’est que, dans ces promenades si naturelles, les bains sont aussi naturels, derrière les cactus et les ronces, permettant d’observer le soleil, la lune et le ciel. Plus qu'une situation amusante, nous vivons au cours de la semaine. Nous sommes arrivés à 12h30 au restaurant "Juyaisrain" (ce nom traduit la pluie, à la fois en Wayuu et en anglais), agréable dans un endroit agréable à Uribia. Dans cette tournée, nous avons vu que la ville est belle et qu'elle mérite d'être appelée la capitale autochtone de la Colombie. À 16h30, nous retournons à Riohacha. Nous avons séjourné dans le même hôtel où nous sommes arrivés le premier jour. Le dimanche 30 septembre au matin, certains d'entre eux sont retournés à Bogota et à leurs destinations. À midi, nous avons déjeuné dans un restaurant du Malecón de Riohacha et, dans l'après-midi, nous avons dit au revoir parce que nous allions tous chez nous. Un merci spécial à Adriana pour ses belles photos de tous les sites, à Maria Esperanza de m'avoir aidé à ajuster ce document, à Arturo et Elsa, qui ont écouté ma lecture du projet initial et ont suggéré des suggestions que j'avais bien sûr en tête, ainsi que ma sœur. Claudia, mon amie, complice et compagne d'aventures pour me donner cette idée.

 

9 Merci à tous mes compagnons de voyage pour leur confiance, leur tolérance, leur joie et leur chaleur. Nous sommes enrichis par l'expérience de notre Guajira exotique, sauvage et amicale.

 

 

 

Remercions Dieu de nous avoir permis de réaliser ce rêve avec encouragement et santé. Longue vie à La Guajira! et l'agence Macuira Tours dont nous savons qu'elle fait le meilleur pour les Colombiens et les étrangers, non seulement en faisant connaître leur région, mais également en bénéficiant à la communauté Wayuu. Félicitations! Eternellement reconnaissant à Dieu, à la vie, à la famille, aux amis et au Wayuu! Beatriz Cecilia Otálvaro Trejos Santa Marta, le 8 octobre 2018.