Mitos y leyenda - Turismo en la Guajira
+57 3104050879
|
macuiratours@gmail.com

LA LÉGENDE DE WALEKER

 

L'ORIGINE DES TISSUS

 

 

Nos ancêtres nous racontent que le premier jour où les oiseaux chantaient de joie en annonçant les premières pluies; Lorsque les soupirs ont fleuri et que les routes se sont remplies de parfum, un jeune homme est parti à la chasse dans les montagnes d'ISASHII, où seules règnent la solitude et la peur:

 

Ce jeune homme était un brave chasseur, comme ceux qui portent sur son pouls la preuve de son courage et dans le corps les traces de ses blessures.

 

Les aînés disent que lorsque ce jeune homme est né, une étoile est tombée du ciel et a illuminé la nuit. Et les augures prédisaient la grande surprise du nouveau-né dans sa vie.

 

Ce matin-là, le chasseur serait allé assez loin dans la forêt quand il a soudainement entendu une petite voix douce qui semblait sauter à travers les branches.

 

Au début, il pensait que c’était un simple craquement de branches à la merci du vent. Et il continua sa marche.

 

Au bout d'un moment, il entendit à nouveau un rire étouffé semblable à celui d'un enfant chatouillé. Le chasseur croyait que c'était un petit oiseau caché parmi les feuilles. Et sans y prêter attention, il reprit sa marche.

 

Alors qu'il franchissait une nouvelle étape, il sentit à nouveau la voix tendre. Cette fois, il écouta, retint son souffle, posa la flèche sur l'arc et attendit que l'étrange rumeur se répète.

 

Le jeune homme pensait à beaucoup de choses à ce moment: il pensait que c'était un serpent de chasse imitant les voix de sa proie; il pensait que les branches de la forêt s'émoussaient. Et il pensait même que c'était un WANUULU en forme d'oiseau qui essayait de lui faire peur.

 

Un mélange de peur et de curiosité s'empara du jeune homme qui, sous le tempérament de son

courage et de la netteté de ses sens, s'avança peu à peu jusqu'au point d'où venait la voix.

Ce qui ne serait pas sa surprise de voir une petite fille allongée par terre en train de jouer avec les fourmis.

 

Cette fille laide, ventrue et sale, était amusée à faire des petits ponts où les petites fourmis angoissées allaient et venaient. Il éclata de rire en les voyant se saluer avec toute la courtoisie des sentiers battus. Ou parfois, avec une brindille, il faisait des trous dans le sol où ils entraient et sortaient dans un effort ordonné. Et ainsi, je lui ai distribué de la vermine et de petites miettes de PULAA qu’ils portaient les grottes.

 

Cette créature éveilla tellement la curiosité du jeune homme qu'il se rapprocha d'elle à travers les buissons. Il voulait lui faire peur. Mais la petite fille le voit n'a pas montré de signes de plus grande surprise .........

Vous pouvez continuer à lire la légende dans notre blog:

Blog Macuira Tours S.A.S